Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - Doctorat

Doctorat

Doctorats et Master
Doctorat
Les thèses : quelques perles, appelées à se développer à l'avenir, dans une université qui ouvre, à la rentrée 2019, en Master 1, un cours nouveau de « Sociologie du droit et de la justice ». De quoi susciter un appétit de sociologie juridique, nous l'espérons, chez de jeunes doctorants...

Le Laboratoire soutient les doctorants en les accompagnant tout au long de leur travail.

Ils bénéficient des appuis logistiques du centre de recherche (locaux, fonds documentaires, équipements informatiques). Ils sont en outre associés à l’activité de recherche du Laboratoire. Ils peuvent enfin compter sur l’appui financier du centre, dans la mesure de ses possibilités budgétaires.

De nombreux doctorants travaillent au centre sans lui être rattachés et profitent du cadre de travail qu'il offre à tous.

La fécondité des jeunes doctorants rattachés au Laboratoire explique l’originalité des thèses soutenues.

Le 7 décembre 2016, Diana VILLEGAS a ainsi soutenu une thèse portant sur « L’ordre juridique maffieux. Étude à partir du cas de l’organisation criminelle colombienne des années 1980 et 1990 », devant un jury composé des professeurs Mireille DELMAS-MARTY (Collège de France), Jacques COMMAILLE (ENS Cachan), Mauricio GARCIA (professeur agrégé de l’Université Nationale de la Colombie à Bogotá, Docteur honoris causa de l’ENS Cachan, Docteur de l’Université de Louvain), Nicolas MOLFESSIS (université Paris 2 Panthéon-Assas, directeur de thèse) et Patrick MORVAN (Paris 2).

Le 7 décembre 2016, Diane-Marie PALACIO-RUSSO a soutenu une thèse relative à « L’influence de la franc-maçonnerie sur l’élaboration de la loi », devant un jury composé des professeurs Olivia BUI-XUAN, (Evry-Val d’Essonne), Dominique FENOUILLET (directrice de thèse, Paris 2), Stéphane GERRY-VERNIÈRES (Grenoble), Hervé LÉCUYER (Paris 2), Catherine PUIGELIER (Paris 8).

Le 14 décembre 2015, Anne-Marie HO DINH a soutenu une thèse intitulée « Les frontières de la science du droit. Essai sur la dynamique juridique », devant un jury composé des professeurs Pierre BRUNET (Paris 10), Dominique FENOUILLET (Paris 2), Valérie LASSERRE (Le Maine), Nicolas MOLFESSIS (Paris 2), Catherine THIBIERGE (Orléans).

À quoi il faut naturellement ajouter la thèse – devenue classique – soutenue par Stéphane GERRY-VERNIÈRES, sous la direction du professeur Nicolas MOLFESSIS, intitulée Les « petites » sources du droit (A propos des sources étatiques non contraignantes), et publiée aux éditions Economica en 2012 (535 pages).